Consultation Naturothérapie - Aromathérapie - Gestion du stress - Cohérence cardiaque - Paris - Clermont-l'herault - par téléphone

La déshydratation provoque l’arthrose, le mal de dos, l’asthme


Boire de l’eau serait la solution...

...pour de nombreuses personnes souffrant d’arthrose, de mal de dos, d’asthme, mais aussi de nombreuses autres maladies comme la dépression, les maux de crâne, les brûlures d’estomac et les maladies cardiovasculaires, selon le Dr F. Batmanghelij.
Le Dr F. Batmanghelij est un médecin iranien auteur de huit ouvrages sur le sujet [1]. Décédé en 2004, ses théories médicales sont intensément controversées, mais ses livres sont traduits en quinze langues et se vendent dans le monde entier !
Né dans une riche famille persane en 1931, il étudia dans un Collège privé en Ecosse [2], puis fit ses études de médecine en Angleterre. Il revint en Iran pour contribuer au développement du réseau hospitalier mais il fut mis en prison en 1979, au moment de la Révolution islamique qui entraîna la chute du Shah.
Condamné à mort, son exécution fut différée car ses geôliers avaient besoin d’un médecin pour les détenus. Et c’est dans ces tragiques circonstances que le Dr Batmanghelij affirme avoir fait une découverte qui allait révolutionner la vie de milliers de ses patients.

L’ulcère à l’estomac disparaît

Exerçant la médecine dans le plus complet dénuement de la prison, le Dr Batmanghelij fut un jour confronté à un détenu qui souffrait manifestement d’un ulcère à l’estomac. N’ayant aucun médicament à lui donner, il lui conseilla de boire un verre d’eau, puis un deuxième et, constatant que la douleur se calmait, un troisième. Les progrès du patient furent si rapides qu’il ne tarda pas à proposer ce simple remède à bien d’autres malades qu’il soignait.
Constatant que, très souvent, le simple fait de boire beaucoup d’eau améliorait leurs symptômes, il se mit en tête d’en trouver l’explication.
Selon lui, si l’eau agit si puissamment sur des prisonniers vivant dans des conditions épouvantables, c’est qu’ils sont en état de manque, de déficit. Mais ce déficit ne serait-il pas latent chez « Monsieur tout le monde », pour provoquer des troubles qu’on pourrait alors soigner sans médicaments ?
C’est ce qu’il s’attacha à vérifier dès sa libération, en 1982. Réfugié aux Etats-Unis, il découvre l’ampleur des « maladies de civilisation », qu’il étudie avec un œil neuf. En fait, il va jusqu’à reconstruire entièrement la physiologie humaine à l’aune de sa préoccupation majeure, sinon unique : la déshydratation chronique.
Pour le Dr Batmanghelij, l’homme aurait perdu au cours de l’évolution sa capacité à éprouver la soif. Il affirme que, chez l’homme moderne, les signaux d’alerte et de compensation ne se mettent pas en route assez vite lorsque son corps est déshydraté. De plus, la sensation de soif diminue avec l’âge, comme on l’a observé lors de la canicule de 2003 où des milliers de personnes âgées se sont déshydratées sans réagir, parce qu’elles ne ressentaient pas ce besoin pourtant vital. Enfin, elle est gommée par certains médicaments qui interfèrent avec les hormones de la soif et par les artifices alimentaires dus à notre mode de vie : le café, le thé, l’ensemble des sodas énergisants qui sont présentés comme des boissons pour étancher notre soif, sont en réalité des diurétiques (provoquent le besoin d’uriner), ou alors apportent des sucres et des sels minéraux qui viennent encore accroître la déshydratation.
Même les eaux minérales, chargées en sels de calcium ou de magnésium selon le marketing du moment, forcent l’organisme à les évacuer en augmentant la sécrétion d’urine. Certaines marques le reconnaissent ouvertement d’ailleurs avec le slogan « Buvez, éliminez », qui souligne à quel point boire cette eau augmente l’envie d’uriner, et contribue donc à renforcer la déshydratation.
Si le Dr Batmanghelidj recommande de boire de l’eau et rien d’autre, eau du robinet ou eau de source, il admet toutefois que, lors d’un effort, on puisse boire des boissons type Gatorade ou Isostar qui fournissent exactement le volume d’eau et la quantité de minéraux correspondant à ce qui a été perdu par l’organisme. On peut toutefois lui objecter que l’eau du robinet est presque toujours chargée de calcium et de magnésium.
En revanche, il n’a pas de mots assez forts contre les boissons énergisantes de type « Red Bull », qui sont des cocktails de substances déshydratantes : caféine, sucres, et taurine qui a un effet comparable à celui de l’insuline [3] (des études récentes ont néanmoins montré que la caféine ne déshydrate pas) [4].
Par ailleurs, de nombreux médicaments, en particulier ceux à visée neurologique ou psychiatrique (pour le cerveau et le système nerveux) modifient la perception de la soif et entraînent une sécheresse des muqueuses, en particulier dans la bouche.
Ainsi l’homme ne saurait pas apprécier ses besoins réels en eau. En conséquence, l’eau contenue dans les cellules (66 % de l’eau de notre organisme) subit un phénomène d’osmose inverse, pour passer dans le sang et lui permettre de garder sa fluidité. Cette évacuation de force de l’eau hors des cellules provoque des désordres intracellulaires de toutes sortes, car plus de 93 % de l’eau dans la cellule est liée à des protéines, des enzymes, des membranes et participe à la structure de la cellule et à son travail biochimique. Lorsque la déshydratation est chronique, ces désordres cellulaires se répercutent et c’est tout l’organisme qui est malade.
De nombreuses maladies, qu’un simple verre d’eau ne suffit pas à guérir, peuvent selon le Dr Batmanghelidj être soignées par une réhydratation systématique, avec un minimum de deux verres d’eau avant chaque repas pour combler le déficit latent.

Asthme

Le Dr Batmanghelidj affirme avoir soigné des milliers d’asthmatiques, et en avoir soulagé la majorité, en leur interdisant la prise d’excitants et de sodas et en leur faisant boire tout au long de la journée suffisamment d’eau pour récupérer une hydratation correcte.
On admet ordinairement que l’asthme est provoqué par des substances étrangères qui entrent dans les bronches et y provoquent une inflammation et une constriction (resserrement), dues à l’action locale d’histamine, un messager immunitaire.
Le Dr Batmanghelidj considère que l’histamine est bien la cause de la vasoconstriction. On retrouve d’ailleurs régulièrement cette substance dans tous les tissus respiratoires des malades. Mais selon lui, l’histamine agit comme régulatrice de l’hydratation du corps, afin de diminuer la perte d’eau due à la respiration : elle serait produite localement en cas de diminution de la tension des vaisseaux dans les poumons. Boire permettrait de tarir la production d’histamine en redressant cette tension.

Mal au dos

A l’état normal, les cartilages sont fortement hydratés. Engorgés d’eau, les cartilages sont lisses et l’articulation glisse parfaitement. Mais avec la déshydratation, qu’elle soit causée par le vieillissement ou par une maladie, ils durcissent et deviennent rugueux. Chaque mouvement déclenche une abrasion, et l’inflammation qui s’ensuit déclenche l’apparition d’arthrose.
Dans la colonne vertébrale, les vertèbres reposent chacune sur un disque pulpeux (nucleus pulposus, en latin, ce qui veut dire noyau pulpeux) riche en eau qui lui sert de coussin. Si ce coussin perd de son volume (perte en eau), on assiste alors à un écrasement des vertèbres les unes sur les autres, avec pincement de nerfs ou de la moelle épinière elle-même. Des douleurs lombaires se déclenchent, souvent intolérables.
L’injection de plasma marin isotonique le long de ces vertèbres donne des résultats étonnants par réhydratation de ces disques vertébraux. On sait alors ce que l’on injecte et dans quelles zones. Mais la réhydratation peut s’opérer encore plus simplement en buvant fréquemment de l’eau de source, et en abandonnant toute substance excitante, sucrée ou diurétique.

Mal de tête

D’après le Dr Batmanghelidj, la plupart des migraines sont dues à une déshydratation du sang : prise d’alcool ou d’excitants, de diurétiques, ou suite à des repas contenant des aliments riches en histamine : chocolat, fromages, poissons, crustacés, gibiers faisandés, aliments fermentés. D’autres aliments peuvent aussi déclencher la migraine par leur effet histamino-libérateur : fraises, crustacés, arachides, jaune d’œufs… La déshydratation qui déclenche la migraine peut bien sûr également être provoquée par un coup de chaleur, ou tout simplement le fait de passer de longues heures dans une atmosphère desséchante sans boire suffisamment (voyages, surtout en avion long courrier).
La migraine représente sans doute un puissant signal de l’organisme pour réagir à cette déshydratation de la zone à la fois la plus riche en eau et la plus fragile de l’organisme : le cerveau. Boire de l’eau n’a souvent pas d’action immédiate, la prise d’antalgiques (anti-douleurs) est de rigueur pour quelques heures, avant la remise à niveau de l’hydratation.

Hypertension et athéromes (maladie des artères)

L’hypertension chronique est un processus d’adaptation à une sérieuse déshydratation de l’organisme. Les vaisseaux ont été conçus pour gérer les variations du volume sanguin et les exigences des tissus.
Lorsque le volume total du liquide dans le corps se trouve diminué, ils doivent réduire leur diamètre, voire s’obturer pour certains.
Sans ce mécanisme de régulation, il pourrait y avoir des vides dans la circulation, des bulles de gaz pourraient se former dans le sang et empliraient les espaces vides, formant des poches gazeuses très dangereuses. C’est ainsi que se produisent les accidents de plongée sous-marine, lorsque les plongeurs remontent trop rapidement à la surface.
Heureusement, nos vaisseaux sanguins sont naturellement capables de se contracter pour compenser la perte d’eau. Cela provoque une hausse de la tension que nous diagnostiquons d’habitude comme hypertension. Toutefois, lorsque l’hypertension est permanente (chronique), des plaques riches en calcium et en cholestérol risquent de se déposer sur les artères, provoquant le phénomène d’athérosclérose. L’athérosclérose est la rigidification des artères sous l’effet de cette plaque appelée athérome. Le diamètre intérieur de l’artère diminue, ce qui augmente le risque qu’un caillot s’y coince et provoque une embolie, un infarctus (embolie dans le cœur) ou un AVC (embolie dans le cerveau).
Selon le Dr Batmanghelidj, la production de cholestérol est directement liée à la déshydratation. Il s’agirait d’une réaction de l’organisme destinée à renforcer les membranes cellulaires pour les rendre moins perméables, et les forcer à conserver leur hydratation vitale.
Cette affection doit être soignée dès son commencement, toujours selon lui, en buvant plusieurs fois par jour, et en évitant tout excitant et le sucre.

Douleurs digestives (estomac ou intestins)

Souvenons-nous, c’est avec un malade atteint d’ulcères digestifs que le Dr Batmanghelidj a constaté en premier lieu les effets immédiatement bénéfiques d’une cure d’eau. En effet, la muqueuse en état de souffrance est directement accessible par contact avec le « remède ».
Les conditions de vie modernes, avec grignotages permanents, prise d’excitants et de sodas acides, stress au quotidien et horaires variables, vont toutes dans le sens d’une déshydratation des muqueuses, qui rend inefficace le mucus protecteur, puis d’une inflammation violente, et enfin de tumeurs au bout de quelques années.
L’arrêt de ce régime désordonné et la prise régulière d’eau entre les repas permet une réhydratation locale par simple contact et un soulagement rapide des douleurs.
Par contre, en cas de fièvre, de nausées, de durcissement de la paroi abdominale, on suspectera une appendicite et l’hospitalisation est alors de rigueur.

Dépression et stress

Les rapports humains sont la première cause de l’anxiété chronique puis de la dépression.
Toutefois, une mauvaise alimentation et une mauvaise hydratation viennent amplifier le phénomène.
Attention, les anxiolytiques et autres produits psychotropes diminuent la sensibilité à la soif. De plus, le thé, le café, et même les tisanes apaisantes, ont un puissant effet diurétique.
Cette déshydratation entraîne des désordres psychiques de souffrance (insomnies, irritabilité, fatigue chronique), que la médecine traite généralement par des psychotropes. Ainsi, le cycle continue avec aggravation des symptômes.

Obésité

Selon le Dr Batmanghelidj, le cerveau, qui est l’organe le plus vorace en glucose transporté par le plasma sanguin, est très sensible à la déshydratation : les cellules gliales qui nourrissent les neurones, si elles ont faim, émettent des signaux de détresse à l’organisme. Mais les messages se confondent, les messages de soif sont quelque part étouffés par les messages de faim, et des personnes déjà en déficit hydrique se mettent à manger davantage et à creuser ce déficit. Avec les mêmes causes de départ, on voit s’accumuler diverses pathologies comme l’arthrose, l’hypertension, la dépression, autant de « maladies » soignées par des remèdes différents, alors que le dénominateur commun, la déshydratation, n’est jamais combattu…

Que penser d’un remède si simple qui soignerait tout ?

Très franchement, on ne peut pas suivre le Dr Batmanghelidj dans toutes ses affirmations. La plupart n’ont pas été démontrées rigoureusement et son raisonnement reste dépendant de ses propres observations.
Ce qui est sûr, toutefois, c’est que la médecine actuelle fait peu de cas du degré d’hydratation des malades. L’inspection de la langue et des gencives, l’observation du fond d’œil, deux gestes faciles lors d’un examen clinique, ne sont plus guère pratiqués… que par les vétérinaires.
Le « pli de peau », qui reste relativement répandu, ne fait apparaître que des déshydratations du conjonctif, par ailleurs normales chez les personnes âgées…
Les préceptes du Dr Batmanghelij s’adressent donc directement aux patients, qui par eux-mêmes pourront ressentir les améliorations de telle ou telle fonction. Mieux, s’ils mettent leur médecin dans la confidence, ils pourront peut-être obtenir des examens biologiques du sang, des urines, permettant ainsi de valider les bienfaits de cette cure si naturelle.
A votre santé !
Jean-Marc Dupuis, avec Effervesciences

En partenariat avec Santé Nature Innovation.
« Cet article vous a plu ? Vous pouvez recevoir régulièrement les lettres de Santé Nature Innovation. C'est gratuit. Cliquez ici pour vous inscrire : http://www.santenatureinnovation.com/newsletter-gratuite/  »
 
Sources :
[1] Wikipedia : Fereydoon Batmanghelidj
[2] Wikipedia : Fettes College
[3] Insulin-like effects of taurine
[4] Caffeine, fluid-electrolyte balance, temperature regulation, and exercise-heat tolerance
No evidence of dehydration with moderate daily coffee intake: a counterbalanced cross-over study in a free-living population
 




Notez

Nutrition | Gérer son stress | Comprendre | Trucs et astuces du WE | Cohérence cardiaque | Aromathérapie | Méditation



Visitez notre boutique